Notre raison d’être

La volonté de la municipalité de l’Ile d’Yeu de maintenir et de développer l’agriculture s’est traduite par le vote en Conseil Municipal, le 21 octobre 2014, du principe d’une « mise en valeur du potentiel agricole sur le territoire de l’Ile d’Yeu » en adoptant le projet Terres Fert’île.

Ce projet est porté par le Comité de Développement de l’Agriculture (CDA) composé de la Mairie, du Collectif Agricole, de Yeu Demain, de la SCCI Terres Islaises, et de tous.te.s les agriculteur.rice.s du territoire.

De nombreuses questions restaient jusqu’à présent sans réponse :

  • J’ai un projet agricole : j’ai besoin d’acheter des terres et de construire un bâtiment d’activité agricole, qui peut m’aider ?
  • La commune souhaite limiter la perte de foncier agricole liée à l’artificialisation des sols : Comment faire ?
  • Je souhaite m’impliquer dans la protection des terres agricoles de l’Ile d’Yeu… Et je veux protéger la biodiversité … Je veux manger des produits locaux et soutenir l’emploi sur l’île !
  • Que faire ?

Travailler ensemble…

Pour soutenir la protection des terres agricoles islaises, la biodiversité locale et l’activité agricole, la Société Coopérative Civile Immobilière (SCCI) Terres Islaises (Voir la plaquette de présentation) offre l’opportunité à toute personne physique ou morale de devenir co-propriétaire et co-gérante de terres et de bâtis agricoles par l’acquisition de parts sociales.

Ainsi, la coopérative louera les terres achetées à un (des) agriculteur(s) et aura pour objectifs :
– d’aider les agriculteurs à accéder à la terre,
– de soutenir la construction de bâtis agricoles en évitant le mitage rural,
– de soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement (par le biais du règlement de la coopérative et du contrat d’usage que l’agriculteur usager devra respecter).

…avec des outils innovants !

Pour faire face à l’artificialisation progressive des sols, un outil innovant va être développé sur l’île d’Yeu : la réversibilité.

Il s’agit de techniques de constructions permettant au bâti d’être totalement démontable et transportable.

Pour cela on utilise un système de pieux ou plots de fondation extractibles en évitant d’avoir des fondations en dur. Ainsi, en cas de cessation d’activité d’un agriculteur et en l’absence d’un repreneur, il suffit de démonter le bâtiment pour que la terre agricole retrouve son état d’origine !

Cela permet aussi de limiter l’impact environnemental, d’autant plus que ce type de construction utilise préférentiellement des matériaux écologiques et recyclables.